Vengeance – Un To mineur mais un Johnny crépusculaire

A y est, j’ai changé d’activité professionnelle, et mon rythme de publication va sérieusement ralentir. Ce qui ne m’empêchera pas de tenir régulièrement des critiques sur des nouveautés. Mais aujourd’hui, on va faire dans le un peu spécial. Avec le décès d’un de nos derniers monuments nationaux (derrière lui il nous reste juste Bébel, et dans une moindre mesure Delon et Depardieu… ensuite, c’est le néant), j’avais envie de revenir sur un de ses films. Pas l’homme du train sur laquelle la presse va revenir en long et en large, mais sur un autre, qui mixait un des réals les plus brillants du polar HK, casting de pointures locales (Anthony Wong et Simon Yam), et notre rocker au regard bleu acier. Un étrange mélange, pour un étrange film où Johnny était franchement pas mal.

Macao. Une jeune femme, Irène, se fait tuer par des assassins d’une triade locale. Son père, Costello, prétendument restaurateur, décide de se rendre sur place mais est totalement perdu dans une ville qu’il en connait pas. Croisant la route de trois hommes de main venus exécuter un autre contrat, il leur propose un deal : il leur offre tout ce qu’il possède s’ils arrivent à retrouver la trace des assassins de sa fille, ce qu’ils font à Hong Kong. Sur place, il s’avère que Costello était un ancien gangster, avant d’être restaurateur, et il compte bien se faire vengeance.

Sur le papier, voilà un sacré projet what the fuck. Pourquoi Johnnie To, roi du polar ultra tendu HK est-t-il allé chercher un rocker français pour un film qui semble être un patchwork réalisé sous acide ? A la base, To voulait Alain Delon pour le rôle titre, le nom Costello faisant référence à son personnage dans Le Samouraï de Melville. Car il faut savoir que les dieux du polars HK (Woo, To, Hark et consorts… vénèrent Melville). Devant son refus, les prod ont suggérés un autre nom, celui de notre rocker à loups et motos. Un choix forcément très différent de Delon… mais qui fait pourtant sens.

Car s’il y a bien quelque chose que les deux hommes ont en commun, c’est leur côté monolithique, taiseux. Certains critiquent comparèrent même le film à Impitoyable qui a une trame relativement similaire. Mais si Jojo n’a pas la carrure d’Eastwood, il est vrai qu’il s’avère convaincant, avec ses tatouages, son bouc et son visage buriné, pour incarner un ancien malfrat rangé des bagnoles. Et il est tout aussi crédible avec un flingue. Ou en tout cas bien plus que dans la série David Lansky, où il jouait un peu trop « à la française ».

Ici, dans un contexte super dépaysant, et appuyé par deux pointures comme Wong et Yam, Johnny (le chanteur, avec un y) s’avère convaincant sous l’œil de Johnnie (le réalisateur, avec un ie). Et même si l’on craint plus d’une fois le pudding indigeste, ca passe. Ca passe même très bien lors du gunfight final où Costello va enfin obtenir ce qu’il désire… même s’il va au passage payer le prix fort. Et de prouver au passage qu’entre les mains d’un excellent réalisateur, un acteur « moyen plus » mais avec la gueule de l’emploi peut parfaitement trouver sa place.

Je ne suis pas sur que les fans de la carrière musicale de Johnny citeront en premier ce film, mais à titre personnel, c’est celui que j’ai le plus apprécié car, lors de sa sortie en salle, j’avoue y être allé en m’attendant à voir sur grand écran l’équivalent d’une morue à la framboise. Soit l’addition d’ingrédients bons séparément mais dégueu une fois mixé. Il n’en est rien. Et même si certains préfèreront son rôle dans Detective de Godard, ou Terminus pour les amateurs de nanars rigolos, Vengeance laisse penser que l’homme aurai pu bien plus creuser se filon, si on lui avait proposé des projets à la hauteur.

Quoi qu’il en soit, même si je ne suis pas fan de sa musique, sa gueule, bien que rare au cinéma, va manquer. Et surtout, à une époque où des acteurs miteux prennent la grosse tête et sont aussi insipides les uns que les autres, il peut leur servir de modèle pour apprendre l’humilité.

Ma note :

Post Author: Bemovie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *