Shooter saison 1 – Headshot

Maintenant que Jack Bauer a raccroché les gants, le monde est orphelin d’un super héros capable de déjouer 3 complots avant le petit déjeuner tout en étant un super papa, ne faisant jamais de pause déjeuner ou de pause pipi, n’ayant jamais besoin de dormir, et génocidant à chaque épisode l’équivalent de la population d’une ville de taille intermédiaire. Heureusement, Bob Lee Swagger est arrivé. Swagger, qui en anglais signifie qu’il a plus de Swag. Et Bob Lee signifie que ses parents ne l’aimaient pas beaucoup pour lui donner un prénom aussi con. Dans un monde ou tout le monde est un sniper, Bob Lee va fracasser des têtes.

Bob Lee est un ancien tireur d’élite, qui a pris sa retraite et vis dans sa maison où on ne sait pas trop ce qu’il fout, avec sa nana et sa fille. Un jour, un ancien collègue devenu chef de la sécurité du président des younaïted stateuzeu vient le voir car il a besoin de lui. Un méchant terroriste a décidé d’abattre le président. Il s’agit d’un grand méchant sniper, et seul Bob Lee semble être à même de pouvoir l’arrêter en identifiant d’où le tir peut venir. Bob Lee accepte mais se retrouve piégé, toutes les preuves se retournant contre lui, alors que le président Ukrainien en visite dans le pays s’est fait descendre. Obligé de fuir, Bob Lee ne se démonte pas. Seul, il va démontrer son innocence.

Bob Lee, c’est un peu le fils caché de Chuck Norris et de Jack Bauer. C’est un sniper, donc… mais il est aussi meilleur en combat que les mecs du FSB (oui, il y a des russes impliqués), plus intelligent que tout le FBI réuni (oui, il y a le FBI) que la CIA (oui, il y a la CIA) et que tous les autres snipers de l’univers (oui, il y a des snipers). Bob Lee est un peu l’être parfait. Qu’il s’agisse de s’infiltrer dans l’ambassade de Russie, de tuer du mercenaire avec son fusil ou de déjouer un complot, Bob Lee fait ca tranquillou, les mains derrière le dos.

Il est d’ailleurs tellement fort qu’il est capable d’apprendre à une agent du FBI qui n’a jamais fait ca de sa vie à devenir une tireuse d’élite en cinq minutes. Ou de faire un super plan où il se fait tirer dessus en attendant que le tireur utilise une balle qu’il a trafiqué pour qu’elle explose. Ou de faire croire à sa mort en retrouvant une prothèse de hanche qui ait exactement le même numéro de série que la sienne. Bref, Bob Lee, il est plus fort que toi. Et tout le monde l’appelle par son prénom sans jamais avoir envie de rire ou de se moquer de lui. C’est peut être ca le plus fort.

Niveau casting, Ryan Philippe qui était un acteur pas très intéressant jusqu’ici, s’avère, maintenant que la quarantaine est arrivée, bien meilleur que par le passé, et convaincant en émule de Steven Seagall. Dans un monde où tout le monde s’affronte à coup de fusil de sniper, de la même manière que Iron Man combat toujours des mecs en armure et Spiderman des méchants avec des pouvoirs animaliers, on sent que les scénaristes sont allé chercher très loin pour trouver des adversaires à sa mesure. Adversaires qui n’hésitent pas à changer 32342342 fois de camp ce qui fait qu’à la fin de la saison on se fout un peu de savoir qui aide qui et qui est contre qui.

Car voilà, c’est le gros problème de Shooter : autant les quelques premiers épisodes fonctionnent à défaut d’être super originaux, le script part ensuite tellement dans tous les sens qu’il fait penser à un ersatz de 24, mais sans le charisme de Kieffer Sutherland et en étant encore plus tarabiscoté. Heureusement, on est toujours content de voir la tête de Tom Sizemore passer entre deux complots, d’Omar Epps qui a fait du chemin depuis Anaki mon frère de Takeshi Kitano et Cynthia Addai-Robinson qui en a fait également depuis Spartacus. Il fallait au moins ca pour ne pas bailler d’ennui entre deux supers plans de la mort qui tue et deux combats de snipers où Bob Lee montre qu’il est plus fort que l’univers.

Bref, Shooter, c’est vraiment pas la série la plus fine de l’univers, mais ca détend le cerveau. Et Ryan Philippe n’a jamais été aussi bon.

Ma note :

Post Author: Bemovie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *