Cthulhu Wars – Réveillez les grands anciens

Dernièrement, j’ai pu faire l’acquisition d’un jeu qui me faisait de l’oeil depuis longtemps. C’est vrai que Cthulhu étant tombé dans le domaine public, le pauvre H. P . Lovecraft voit sa créature mythique utilisée à toutes les sauces, et souvent n’importe comment, ce qui l’a progressivement fait passer du statut de monstre ultime dans le domaine de l’horreur à personnage pop plus souvent utilisé de manière détournée, que pour son aptitude à susciter la terreur. Heureusement, certains irréductibles continuent à essayer de faire honneur à son nom. Ainsi, Sandy Petersen, le créateur du jeu de rôle L’appel de Cthulhu, a lancé il y a quelques années un kickstarter pour créer un chouette projet : Cthulhu Wars, un jeu de société où les cultistes de 4 factions de Grands Anciens préparent l’apocalypse sur terre. A l’heure où l’onslaught 3, c’est à dire la troisième vague d’add-on vient d’être lancée sur kickstarter (avec la possibilité d’avoir une VF intégrale), il était temps d’en parler.

Dans Cthulhu Wars, chaque joueur (jusqu’à 4 dans la boite de base, mais des add-ons permettent de monter à 8) choisit une faction parmi les adeptes de Cthulhu, de Shub-Niggurath, d’Hastur et de Nyarlatothep. Chaque tour, chaque faction récoltera des points de pouvoir selon le nombre d’invocateurs qu’elle a en jeu et le nombre de portails d’invocation qu’elle contrôle. Ces points pourront alors être dépensés pour se déplacer, ouvrir d’autres portails, invoquer des monstres… ou le grand ancien de sa faction. Bien sûr, toutes ces factions se font la guerre et peuvent se mettre joyeusement sur la figure, ou capturer des acolytes adverses afin de les sacrifier et d’augmenter ses points de pouvoir.

Oui, il y a du bestiau sur le plateau quand la partie avance. Et pas qu’un peu…

Jusqu’ici rien que du très classique. Le principal intérêt du jeu vient du fait que les factions sont totalement asymétriques, et que chacune d’elle va avoir des moyens très différents d’obtenir des grimoires. Ceux-ci, au nombre de 6 pour chaque camp, peuvent être débloqués selon des méthodes qui changent grandement d’une faction à l’autre, et demandent chacun de remplir une condition différente. Pour certains ils s’agit de contrôller des territoires, pour d’autres de bouffer des figurines adverses, d’autres encore de donner des points de victoire à l’adversaire. Le gros intérêt de ses grimoires c’est qu’une fois débloqués, ils permettent d’obtenir un pouvoir passif (donc permanent, comme le boost de certains monstres par exemples) ou à activer comme une action, augmentant alors vos options tactiques. Bien entendus, chaque faction à des grimoires aux effets très différents.

Les plateaux des 4 factions de base. En haut, la piste pour compter les points de pouvoir. A gauche le coup d’invocation et la force des monstres et du grand ancien, à droite les emplacements de grimoire et les conditions à remplir.

Le jeu se gagne en étant le premier à atteindre 30 points d’apocalypse, tout en ayant débloqué ses 6 grimoires. Chaque joueur, à son tour, dépense ses points de pouvoir pour une action, puis ca tourne, jusqu’à ce que chacun ait épuisé ses points de pouvoirs. Les combats n’ont lieu que s’ils sont explicitement demandés. On peut avoir ainsi plusieurs factions qui coexistent sur une même zone sans se battre. Pour se battre, il faut lancer des seaux de dés, les caractéristiques de combat des monstres en présence s’additionnant. Tous les monstres sont tués avec une seule blessure, y compris les grands anciens. Mais tous peuvent être ré-invoqués. Sur un 6, on tue un monstre adverse, sur un 4 ou un 5, on le force à reculer dans une zone adjacente.

Le premier kickstarter avait permis de financer quelques factions supplémentaires, ainsi que des cartes avec des règles permettant de changer drastiquement la façon de jouer. Le second avait rajouté quelques factions en plus et des créatures neutres. L’onslaught 3, prévu pour être livré au printemps 2018 fait un mix de tout cela, est comme dit plus haut accessible entièrement en VF lors du pledge manager et permettra encore d’étendre la gamme… ou de récupérer le jeu de base pour ceux qui ne le possèdent pas déjà.

Oui, il y a de la figurine, et de la grosse… Et des couleurs, aussi. Mais c’est en fait un atout pour jouer.

Il faut bien avouer que le prix est plutôt élevé pour le jeu, mais il y a une raison toute simple : la taille des figurines. C’est bien simple, de tous les jeux que je possède, Cthulhu Wars possède, et de trèèèèèèèèès loin les figurines les plus massives, la plus grande de toutes étant Cthulhu. Et une partie du plaisir du jeu vient justement du fait d’invoquer une figurine massive au milieu de la table, ce qui met au passage un petit coup de pression bienvenu aux adversaires en leur signifiant que vous n’êtes pas là pour faire de la figuration. Et au-delà des grands anciens, il y a bien plusieurs kilos de plastiques pour représenter les monstres et invocateurs de chaque faction. Donc oui, ca fait beaucoup de plastique, et de grande taille, d’où le prix.

Au premier abord, le fait que les figurines soient des couleurs flashy peut déstabiliser et donner envie de vomir des arcs-en-ciel… mais au bout de quelques parties on comprend très vite qu’en procédant ainsi, on gagne énormément en visibilité, surtout lors que la partie commence à avancer et que chacun à lâché ses hordes de plasti… euh de monstres sur la table. Un simple coup d’oeil permet de comprendre qui a l’avantage et contre quelle faction il serait de bon ton de s’allier… en attendant de se trahir de nouveau.

Exemple de faction, la chèvre noire, alias Shub-Niggurath, son plateau, ses monstres… manque juste ses cultistes.

Pour ceux qui ne connaissent pas le jeu, il existe de très nombreuses vidéos de présentation, que je vous encourage à aller regarder, par exemple sur trictrac. L’avantage de participer à ce kickstarter, c’est qu’il donne aux participants une version hardcover et révisée des règles, avec pas mal de modifications, surtout pour le jeu à deux joueurs, si c’est une configuration que vous pratiquez régulièrement. Le risque est minime car le jeu est déjà testé et éprouvé, et les retours sont tous excellents. En terme de public, même si les règles sont d’une grande simplicité, il est plutôt destiné à des joueurs expérimentés, car il demande de savoir adapter sa stratégie aux spécificités de sa faction et de comprendre que bourriner les factions d’en face est loin d’être toujours la meilleure solution pour gagner.

Bref, Cthulhu Wars, c’est mon petit coup de coeur récent, et je vous encourage à aller jeter un coup d’oeil ici si jamais vous souhaitez un bon deal pour l’acquérir, en profitant du fait que le cours du dollar soit favorable pour les européens en ce moment.

Post Author: Bemovie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *