Fargo saison 3 – Hail the Winstead

Fargo, qui se veut construite comme une anthologie, chaque saison déroulant une nouvelle histoire criminelle, avait fait très fort sur ses deux premières saisons : tout d’abord un mari homicide, rendu fou par son épouse insupportable, ensuite une famille criminelle engluée dans une embrouille XXL. Cette fois-ci encore, changement total d’univers, avec une double dose d’Erwan McGregor, et une Mary Elizabeth Winstead qui n’a jamais été autant sexy… et autant dangereuse. Bref, chez monsieur Fargo, les saisons se suivent, ne se ressemblent pas du tout… à part sur un point capital : elles sont excellentes. Vivement la suivante.

2010, Minnesota. Ray Stussy, agent de probation mène une petite vie avec une ancienne détenue dont il a fait sa petite amie. Ils enchaînent les tournois de bridge, espérant un jour toucher le jackpot. Ray est jaloux de son frère jumeau Emmit, businessman bien installé dans le monde du parking. En effet, pour Ray, Emmit est responsable de son malheur car il estime avoir été arnaqué lors du partage de l’héritage familial, son jumeau ayant récupéré un timbre de grande valeur servant de porte bonheur. Alors Ray décide d’aller cambrioler Emmit, en utilisant les services d’un autre délinquant dont il s’occupe. Mais quand ce dernier se trompe de Stussy, le bodycount va pouvoir commencer…

Une rivalité entre deux frères, un étrange mafieux britannique entouré en permanence d’un mec de l’est cogneur et d’un asiatique à walkman, une ancienne criminelle manipulatrice, un idiot fumeur de joint qui se trompe de cible, une courageuse policière qui s’avère être la fille de la première victime… cette saison nous offre une belle brochette de personnages. A noter que la figure de la fliquette courageuse que son entourage croit incompétente semble être une redite, à croire que les scénaristes aiment ce type de personnage. Pour incarner les jumeaux, Ewan McGregor, donc, dans un double rôle savoureux où l’acteur est beaucoup plus en retenue que d’habitude.

Mais la véritable attraction de la saison n’est pas là. Elle se situe du côté deux personnages. Tout d’abord David Thewlis en V.M. Vargas, un mystérieux businessman dont on ne sait toujours pas à la fin de la saison de qui il est vraiment et d’à quel point il est mafieux, qui va pourrir la vie d’Emmit en prenant le contrôle de son entreprise pour des opérations pour le moins… illégales. David Thewlis en fait des tonnes pour passer pour un mec lambda en apparence mais tout en nuance et en menace voilée. Un grand méchant comme on en voit trop peu souvent. En face de lui, Mary Elizabeth Winstead trouve un de ses meilleures rôles en petite arnaqueuse qu’il ne faut pas faire chier.

Tour à tour diablement sexy lorsqu’elle sort du bain, en train d’agoniser pour avoir osé mettre le nez à un endroit où elle n’aurai pas du, ou vengeresse quand elle fait grimper le bodycount à la main, elle trouve là un des meilleurs rôles de sa carrière, et fait le show avec Thewlis. A tel point que McGregor a beau être très bien, il se fait clairement voler la vedette. Je parle pour la deuxième fois de bodycount, car en effet les cadavres vont s’accumuler. Et pas qu’un peu. Je n’en dirai pas plus pour ne pas spoiler, mais attention chérie, ca va charcler.

Comme d’habitude, Fargo est le haut du panier de la série télé, sachant jouer avec les codes, la mise en scène étant inventive sans être tape à l’oeil, la direction artistique super carrée, le casting parfait, l’écriture très chouette car sachant prendre les attentes du spectateur à rebours… du super boulot tiré vers le haut par de bons réalisateurs qui arrivent à respecter l’esprit légèrement décalé du film originel des frères Cohen. Pas de surhomme ou de héros ici, juste des personnages plus ou moins idiots et mesquins qui tentent de se faire des crasses qui finiront de manière très violente. Une sorte de Happy Tree Friends réaliste.

Bref, Fargo saison 3, c’est toujours aussi bon. Mangez-en.

Ma note :

Post Author: Bemovie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *